L'approche de Clarissa Speed-Maurice en psychothérapie, la Gestalt-thérapie

 Psychothérapie- Paris 17 -Neuilly 92

Qu’est-ce que la psychothérapie ?

Le mot « thérapeutès en grec se rapporte à un groupe qui prenaient soin de l’âme humaine, la psyché. Ces thérapeutes pratiquaient une ascèse rigoureuse et constante sur eux-mêmes. Les premières thérapies étaient nées.

La psychanalyse va retrouver cette exigence en demandant à ses praticiens de thérapie un long travail sur eux-mêmes ainsi que des références scientifiques.

La psychothérapie  est une pratique non médicale qui ne s’occupe pas de la maladie mais qui prend soin de la personne en difficulté. Une profession qui ne fonctionne que dans un lien éthique entre deux personnes.

Les psychothérapies verbales, émotionnelles, corporelles cherchent à dénouer directement la problématique en établissant notamment un lien de causalité entre les données du conflit et l’histoire vécue du sujet en stimulant le processus d’évolution par la mobilisation de l’énergie psychique.

En psychothérapie, on maintient une certaine qualité de lien avec la réalité, on cherche ensemble à rendre sa liberté à la personne qui vient chercher de l’aide.

« Les psychothérapies proposent une démarche personnelle qui permet au processus de croissance psychique de redémarrer quand il est empêché par des difficultés psychologiques, comportementales, relationnelles, sexuelles, émotionnelles ou psychosomatiques. »

Les psychothérapies ne mettent pas l’accent sur des conseils mais cherchent à écouter, à faire exprimer ou à libérer de ses ancrages négatifs la personne telle qu’elle est, pour ce qu’elle fasse ce qu’elle veut de sa liberté retrouvée.

Les psychothérapies travaillent essentiellement sur les aspects cachés ou méconnus de la personne.

Les avantages d'une psychothérapies :

Apaise le mal-être

Aide à découvrir sa vérité et ses manques, à s’y confronter, à les assumer

Modifie la relation à soi-même et aux autres

Apporte une connaissance de soi et d’autrui plus profonde et plus fine

Apporte une meilleure compréhension des phénomènes psychologiques, relationnels, émotionnels et somatiques

Libère et stimule le processus de développement personnel

Conduit à prendre la pleine responsabilité de soi dans tous les aspects de sa vie

Développe le sens du réel et l’estime de soi

Dégage un espace de liberté et de pouvoir personnel

Permet l’acceptation de ses limites et le renoncement à ses fantasmes compensateurs

Facilite l’aptitude spontanée à communiquer et à aimer.

 

On pourrait ajouter qu’une psychothérapie fait disparaître les symptômes ou leur donne un sens plus juste et se replacent dans l’ensemble de la problématique personnelle pour libérer une énergie qui devient positive et n’envahit plus le champ de conscience.

L’approche que je pratique : la Gestalt-thérapie se rapproche des psychothérapies actives qui travaillent sur la conscience et sur le non-conscient et mobilisent pour cela le corps et les émotions. C’est une thérapie psychocorporelle qui aide dans la construction de sa maison intérieure en relâchant la tension physique permettant par là-même des échanges fluctuants avec les autres, libérant ainsi l’élan vital agissant.

La personne est au monde avec son propre mouvement à la rencontre des autres qu’il va reproduire au sein de la psychothérapie en émettant une vibration spécifique que le thérapeute va accueillir en écho à ses propres ressentis. Ensemble, ils vont considérer cette état d’instabilité tant au niveau du corps que dans une dimension psychologique.

Le double engagement du consultant et du psychothérapeute est un élément déterminant pour mettre l’accent sur l’adaptation du comportement, sur son évolution ou sur l’acceptation de la personne telle qu’elle est.*

*D’après des articles du livre « Profession psychothérapeute aux éditions Buchet/Chastel

La Gestalt-thérapie fait partie des psychothérapies humanistes et existencielles, elle apporte un nouveau regard sur l’homme.

La gestalt-thérapie souligne la part de liberté et de responsabilité de chacun en cherchant le potentiel latent, les forces sous-jacentes du client nous dit le psychothérapeute Gestaltiste S. Ginger

Perls, l’auteur de cette psychthérapie nouvelle des années 50, la Gestalt-thérapie, propose une approche globale, holistique car l’individu dit-il, ne peut se concevoir sans son environnement.

La Gestalt-thérapie se portera donc sur les phénomènes advenant à la frontière-contact thérapeute-client et sur les perturbations du contact, notamment par introjections, projections, ou confluence, conscientes ou non conscientes à ce moment-là.

Dans cette psychothérapie, le non-conscient englobe le fonctionnement physiologique de l’organisme et pas uniquement les refoulements de l’inconscient Freudien.

Cette forme de psychothérapie qu’est la Gestalt-thérapie va s’occuper de ce qui se passe « ici et maintenant » tant d’un point de vue du contenu verbal que du ressenti et de la forme psychocorporelle qui en découle. L’attention du thérapeute va aussi se porter sur la manière de « dire » du client  qui s’adresse à lui en tant que personne.

Leur relation dans une séance de psychothérapie va ressembler à celle qu’il va avoir à l’extérieur du cabinet de psychothérapie.

Pour Perls cette psychothérapie n’est plus une fouille du passé, c’est  une expérience vécue du vivant.

Une action est efficace quand elle satisfait un besoin dominant.

La psychothérapie va permettre de nous organiser en nous aidant à découvrir nos besoins, s’identifier à eux, s’impliquer totalement à ce que nous faisons pour nous concentrer sur une tâche  et pouvoir ainsi clore notre Gestalt avec succès.

Quelle est la force fondamentale qui fournit l’énergie de cette action ? écrit Perls. « Il semble que cette force soit celle de l’émotion. Car les émotions sont le langage même de l’organisme…Les émotions stimulent l’investissement et mobilisent les sratégies de satisfaction des besoins ».

Le projet de la psychothérapie est de se reconstruire une structure solide à partir des qualités déjà existantes de l’individu. « Quelle est le principal atout qui lui permettra de surmonter son incapacité à résoudre sa crise existentielle ? « se demande Perls.

Cette psychothérapie de contact qu’est la Gestalt-thérapie « implique la reconnaissance de ce qu’est l’autre. Ce n’est pas une interprétation de l’autre »…Ce qui agit dans la thérapie n’est pas ce qui s’est passé mais ce qui ne s’est pas passé. »

En Gestalt-thérapie nous interrogerons plutôt le processus que la substance.

Dans la psychothérapie Gestaltiste, Perls nous indique que « le patient doit apprendre à voir ce qui est là, et non ce qu’il imagine être là. Il doit arrêter d’avoir des hallucinations, de faire des transferts, des projections. Il doit arrêter de rétrofléchir et de s’auto-interrompre. Il doit libérer ses facultés sémantiques. Il doit se comprendre lui-même et comprendre les autres. Il doit arrêter d’altérer le sens des choses par les lunettes déformantes de l’introjection, des préjugés et des convictions. Il aura alors conquis la liberté d’action (inséparable d’un bon état de santé) ; il aura transcendé les limites de son caractère et appris à faire face à toute situation nouvelle en tant que situation nouvelle, avec la totalité de son potentiel ».*

*D’après des extraits du livre « Manuel de Gestalt-thérapie de Fritz Perls